Main Article Content

Abstract

Malgré la ratification des lois internationales portant sur les droits des peuples ainsi que celles qui régissent le fonctionnement de l’état civil en Côte d’Ivoire, la question de la déclaration des naissances se pose avec acuité dans certaines communautés notamment chez les peulhs établis dans le Département de Korhogo. Cette étude a pour objectif de comprendre les contraintes socioculturelles qui sous-tendent la-non déclaration des naissances chez ces peulhs. Au terme des entretiens menés auprès de 44 enquêtés obtenus sur la base de la saturation, l’étude révèle que ce phénomène s’explique par les perceptions des peulhs de l’état civil ainsi que l’émergence de l’école coranique qui crée un environnement hostile au modernisme. De plus, le mode de vie caractérisé par la transhumance constitue une autre contrainte explicative d’autant plus que les peulhs estiment que le transhumant n’a pas besoin de documents administratifs car « la nature n’appartient à personne ».

Article Details